Pour le moment, voici comme mémo ce que j'ai put rassembler sur les différentes variétés de légumes et féculents utilisés au Moyen-Âge. Cela est mit pour exemples et ne figurent que des plantes que l'on mangera en légumes.
Les fruits et autres herbes d'assaisonnement n'y sont pas répertoriés car ce n'est pas la même utilisation...

Ces plantes légumineuses, nous pourrions les diviser en 3 grandes parties:

- Les racines
- Les féculents
- Les légumes verts
- Les fruits

Les racines



Le panais était déjà cultivé au MoyenÂge, il figure parmi la centaine de plantes, cultivées dans les monastères, énumérées dans le « Capitulaire De Villis »

La carotte de l'Est a été domestiquée au Xe siècle et même peut-être plus tôt en Asie centrale, probablement dans ce qui est l'Iran actuel. Les carottes de l'Est, qui sont encore présentes aujourd'hui, sont souvent violettes ou jaunes et ont parfois une racine branchée.

Le navet, Le mot navet dériverait du vieux français naviet (dictionnaire Robert) qui lui-même viendrait du latin napus. Les italiens utilisent à la fois les mots navone et rapa. Les anglais le nomment turnip ou rape. L'origine géographique des navets est incertaine. Ils proviendraient probablement d'Asie ou d'Europe. On trouve les navets mentionnés dans le livre XVIII de l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien (23-79 ap. J.-C.) et Dioscoride (40-90 ap. J.-C.).

Le radis consommé par les Égyptiens 3000 ans avant notre ère. Les Chinois en cultivaient 2000 ans avant la venue de Jésus. Le radis noir est le plus ancien.

Les Bettraves C’est une plante à racine charnue probablement originaire d’Afrique du Nord. Les Romains en utilisaient les racines alors que d’autres peuples ne se servaient que des feuilles, connue comme légume depuis l'Antiquité. Les premières traces écrites nous viennent des Grecs au Ve siècle avant J.C. Les principales variétés de betterave ont été décrites au Moyen-Âge, notamment par Matthiole. L'origine de l'utilisation alimentaire des racines de betterave semble se situer dans la grande plaine qui s'étend del'Allemagne à la Russie.

Le Salsifis Il est originaire du Bassin Méditerranéen et nord de l'Afrique. Il est connu dans le sud de l’Europe depuis plus de 2 000 ans mais ne semble pas avoir été cultivé avant le 17e siècle (importation?).

Le raifort originaire de l'Europe orientale, le raifort (Armoracia rusticana, Crucifères) est consommé en Europe depuis les temps anciens. Il est mentionné dans l'Exode de l'Ancien Testament.
 
Le céleri a d’abord été appelé « ache », mot qui est apparu dans la langue au XIIe siècle et qui est dérivé du latin apia, pluriel de apium. Il signifie « qui croît dans l’eau », en référence à l’habitat naturel de la plante. À l’origine, il désignait un groupe assez étendu de plantes (dont le persil et la livêche) avant d’adopter le sens restreint de « céleri ».Cette plante est connue seulement à l'état cultivé, originaire du bassin méditerranéen, plus précisément des marécages salins qui bordent la Méditerranée. Il était connu des Grecs de l’Antiquité, si on en croit l’Odyssée d’Homère, écrite 850 ans avant notre ère. Toutefois, comme on le désignait alors sous le nom de selenon, qui était également attribué à d’autres plantes, on ne peut affirmer avec certitude que c’est bien du céleri dont faisait mention Homère dans ses écrits.


 

Les féculents

La noix à l'origine sur le continent eurasiatique et en Afrique., Deja present en europe (et en dauphiné) depuis la derniere periode glaciere, dès l'Antiquité  le Noyer a été introduit de Perse en Grèce par Alexandre le Grand vers le IVeme siecle avant JC, puis en Italie par les Romains. Des variétés plus productive venant de sa region d'origine, l'asie centrale, ont été importées..  Au XIe siècle, certaines redevances étaient déjà payées en setiers de noix. La noix est un fruit à coque. Elle est produite par le noyer, arbre de la famille des juglandacées. Le nom de noyer vient de "Gland de Jupiter"

L’amande L'arbre est originaire des plateaux et des montagnes de l'Asie occidentale. Il est cultivé depuis 5 000 ou 6 000 ans en Iran. Il a été introduit en Egypte par les Hébreux et ramené en Europe par les Grecs. Les Romains rapportèrent l'amande, qu'ils appelaient « noix grecque » en Italie. L'amandier fut introduit dans le Midi de la France au Ve siècle av. J.-C., mais il ne prit son essor qu'au haut Moyen Âge. Les Arabes la diffusèrent sur tout le pourtour méditerranéen, au fur et à mesure de leurs conquêtes. En France, une charte de 716, délivrée par le roi des Francs Chilpéric II, mentionne les amandes avec d'autres épices. En 812, Charlemagne ordonne d'introduire les amandiers dans les fermes impériales. Au Moyen Âge, la consommation des amandes dans la cuisine est très importante et au XIVe siècle, et elles constituent une part importante du commerce de Venise.

La châtaigne d’Asie Mineure, introduit dans les Cévennes par les Romains. Elle fut longtemps la base de l'alimentation humaine dans des régions entières. On appelait, d'ailleurs, le châtaignier « l'arbre à pain ». Autrefois, les pauvres récoltaient les châtaignes, riches en glucides, sels minéraux et vitamines, pour en faire une sorte de pain (indigeste).

Le pois, originaire d’Asie centrale et d’Europe et est connu en Chine depuis plus de 4 000 ans. Cette légumineuse était très appréciée des grecs, des romains et des Egyptiens de l’Antiquité. Le pois a pendant longtempsété consommé uniquement sous forme de purée. Il constituait ainsi la base de la nourriture de nombreux peuples.

Le pois est une plante très anciennement cultivée dans l'Ancien monde puisque sa culture a vraisemblablement commencé il y a environ 8 000 ans dans la région du Croissant fertile, dans le même processus que certaines céréales (blé, orge) et d'autre légumineuses (vesce, lentille). Par la suite, sa culture s'est diffusée vers l'ouest (Europe) et vers l'est (Inde). On en trouve trace notamment dans le site archéologique de Troie, en Europe centrale (vers -4 000 ans), en Europe occidentale et en Inde (vers -2 000 ans)[]. Vers l'an 800, sous Charlemagne, le pois est cité sous le nom de pisos mauriscos[] parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis. Les pois secs, faciles à conserver, constituent tout au long du Moyen Âge l'une des principales ressources alimentaires des classes pauvres. Ils sont souvent cuisinés avec du lard. L'introduction du pois dans le Nouveau Monde a été faite pour la première fois à Saint-Domingue par Christophe Colomb lors de son premier voyage en Amérique.

Le pois chiche, probablement originaire du Proche-Orient (Sud-Est de la Turquie, terres arméniennes, Syrie), a conquis l’Europe durant le Moyen Âge après que les croisés l’eurent redécouvert au Proche-Orient. Mais sa culture et sa consommation sont en réalité attestées bien avant, au moins dès le IXe siècle, par des sources écrites et archéologiques.

La fève, cultivée depuis la plus haute Antiquité. Originaire de Perse, elle tenait dans nos contrées le rôle du haricot avant que ce dernier ne soit importé d'Amérique du Sud. On n'en consomme en revanche que les graines, fraîches ou séchées

La lentille, La lentille fut parmi les premières plantes à être cultivées par l'homme. Pour preuve, on la retrouve dans de nombreux sites préhistoriques : en Syrie, par exemple, des lentilles ont pu être datées du 8ème millénaire avant l'ère chrétienne.les Phéniciens et les Carthaginois utilisaient la lentille. Il décrit une recette de lentilles pilées datant du IVème siècle avant J.-C.
La lentille se retrouve largement dans la cuisine arabe traditionnelle. Elle servait également à remplacer les céréales au moment des disettes. C'était un aliment de base pour les habitants du Moyen-Orient. L'alimentation juive médiévale connaissait la lentille et l'utilisait dans la fabrication de certains pains.
Les romains en ont accentué la propagation des céréales et des légumineuses partout en Occident. Mais la lentille était déjà connue en Auvergne et en Velay par les gaulois.

La dolique ou mongette, Cette espèce serait originaire d'Afrique tropicale et aurait été cultivée d'abord en Éthiopie. De nos jours, elle est largement cultivée dans les régions tropicales et subtropicales. Autrefois très cultivée en Europe et notamment en France, cette plante est citée sous le nom de fasiolum parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis datant du IXe siècle.

Le blé en France remonte probablement à moins 5000 avant J.-C. Les premières cultures furent à l'origine de bouleversements majeurs pour les sociétés humaines avec la néolithisation.

L’épeautre, Les premières se retrouvent dans la Bible. Elle était connue et cultivée dans l'Égypte antique La farine d'épeautre constituait la base du régime alimentaire des populations latines. Le pain d'épeautre était consommé conjointement par les époux dans le rite du mariage dans la Rome antique.

Le millet, Depuis l'Antiquité et jusqu'au Moyen-Âge le millet a été consommé dans toute l'Europe méditerranénne sous forme de bouillie ou de galette.

 
L'orge est la plus ancienne céréale cultivée. Bien adaptée au climat méditerranéen du fait de sa rusticité, elle constituait ainsi la principale céréale cultivée dans l'antiquité grecque, c' c'ccccccest une céréale de la même famille que le blé et l’avoine, a probablement été cultivée pour la première fois à l'époque préhistorique sur les hauts plateaux de l'Éthiopie et dans le sud-est de l'Asie. On pense que ce fut la première céréale à être domestiquée. Sa culture se serait ensuite étendue à l'Égypte, à la Mésopotamie et au nord de l'Europe, quelques milliers d’années avant notre ère. Chez les Hébreux, les Grecs et les Romains, c'était la principale céréale dont on se servait pour faire du pain. On la consommait aussi en bouillie, notamment en Grèce.et consommée sous forme de galette ou de bouillie (maza). Le terme « orge » est apparu dans la langue française écrite au XIIe siècle. C'est une adaptation ancienne du nom latin de la plante, hordeum.

L’avoine a été consommée par l'homme depuis des milliers d'années, surtout sous forme de gruau ou de bouillie. C'était un aliment commun.

Le riz, sa culture remonte il y a près de 10 000 ans lors de la révolution néolithique. Il se développe d'abord en Chine puis dans le reste du monde. Le riz était connu des anciens Grecs depuis les expéditions d'Alexandre le Grand en Perse. Le riz est mentionné dès 1393 en France, dans le Mesnagier de Paris, mais c'est encore un produit d'importation.


Les légumes verts



Les poireaux, C'est un légume très anciennement connu.
Cette plante figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis au Moyen-Âge.

La roquette était déjà connu des Romains de l'Antiquité et on l'employait couramment au Moyen-Âge.

La laitue On a trouvé des traces de laitue dans certaines tombes égyptiennes datant de 4500 ans avant J.C.Les Grecs l'apprécièrent.la laitue doit sa popularité actuelle aux Romains grands amateurs de salade. La laitue s'est donc retrouvée partout dans l'empire. Au 5ème siècle, la plante était cultivée en Chine, où on l'apprête comme un légume à faire frire. La laitue a continué sa progression au Moyen-âge.

Le Cardon Cette plante figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis au Moyen-Âge.

Les bettes Vers 800 avant notre ère, il semblerait que les Assyriens consommaient des feuilles de bette.

Le cresson, C’était autrefois principalement une plante de cueillette. Le cresson figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis au Moyen-Âge.

Les épinards serait originaire de la Perse. Les Arabes l’auraient introduit en Espagne et il se serait ainsi répandu dans toute l’Europe. Au Moyen-Âge, il se vendait frais, cuit ou haché sous le nom d’espinoche.

Le brocoli est cultivé depuis l'antiquité sur les bords de la Méditerrannée ou du moins depuis le Moyen-Âge. Ce chou d’origine sauvage qui poussait sur les rivages de la Mediterrannée (Calabre et Sicile en Italie) fut populaire trés tôt en Italie. Selon Pline, les Romains cultivaient le brocoli au 1er siècle de notre ère.

Le choux-fleur, l’origine serait l’Asie mineure. Des vestiges révèlent que ce légume est connu depuis plus de 2500 ans. Le chou-fleur était cultivé en Égypte 400 ans avant notre ère.Très apprécié dans l'antiquité par les Grecs et les Romains, il tombe dans l'oubli avant que les italiens ne l'introduisent chez nous.

Le chou rave est connu depuis l'Antiquité. Les romains l'appelaient chou de Pompéi. Au 9e siècle, il fait partie de la liste des légumes du Capitulaire de Charlemagne.

Le chou est une plante sauvage d'Europe de l'Ouest, dont l'origine se situe en Chine remonte à plus de 4000 ans. C'est dans l'Antiquité que le chou a conquis les rivages de la Méditerranée (Alsace vers 451 avec les Huns). Aujourd'hui, il est surtout consommé dans les pays d'Europe du Nord et de l'Est.

L'oignon est connu dès l'Antiquité. Il provient sans doute d'une espèce sauvage d'Asie centrale. L'oignon était apprécié des Égyptiens, des Grecs, des Gaulois et des Romains et n'a jamais cessé d'être utilisé.

Le fenouil Apprécié dès l'Antiquité pour ses vertus médicinales et son utilisation condimentaire, il est ainsi passé entre les mains des Chinois, des Égyptiens, des Grecs et des Romains.

L'aubergine est originaire de l'Inde orientale où l'on trouve toujours des espèces sauvages ! Déjà cultivée en Chine quatre siècles avant notre ère, ce sont les Arabes qui en rapportèrent des graines en Espagne et dans le bassin méditerranéen. Cultivée en Espagne dès le XIVe siècle, elle se répand en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Le concombre C’est l’un des premiers légumes au monde à avoir été cultivé.Originaire d'Inde, le concombre est cultivé depuis plus de 3 000 ans en Asie occidentale, notamment en Égypte antique où les Hébreux lors de leur captivité découvrent ce légume qui est cité trois fois dans l'Ancien Testament. Il fait partie de la cuisine antique grecque et romaine. Au Moyen-Âge en Europe, le concombre est bien classé dans la chaîne des êtres végétaux mais, légume froid et humide, il est déconsidéré selon la théorie des humeurs (une des bases de la médecine antique).

Les orties sont riginaires des régions tempérées de l'Eurasie, elle était bien connue dans l'antiquité. L'ortie est une herbacée vivace aujourd'hui naturalisée sur tous les continents où il y a des zones tempérées.

L'oseille est originaire d'Europe et d'Asie septentrionale. Elle était déjà consommée durant l'Antiquité, notamment des Egyptiens.

Le pissenlit Le nom « pissenlit » est attesté dès le XVe siècle, existait déjà à la préhistoire et il se consommait aussi bien cru que cuit.

L'artichaut trouve son origine en Sicile, il ne s’est vraiment démocratisé qu’à la fin du Moyen-Age.
 
 
Les fruits
 
 

L'abricot est issu d’ un arbre natif d'Asie. Ce sont les Chinois qui, les premiers, l'ont domestiqué, il y a au moins 4000 ans. De Chine, l'abricot a gagné l'Inde puis l'Italie et la Grèce, en suivant la Route de la Soie, un siècle avant notre ère. En France, il a été introduit au XVe siècle, mais il était à l'époque considéré avec beaucoup de méfiance. Sa culture dans les jardins de Versailles, sous Louis XIV, marqua le début de sa production à grande échelle... et de son succès sur les tables françaises !

L’ananas un doute subsiste sur l’origine de l’ananas. L'ananas est une plante, originaire d'Amérique du Sud (nord du Brésil), d'Amérique centrale, et des Caraïbes.Au cours de fouilles archéologiques dans la villa de l'éphèbe à Pompéi, une peinture murale fut découverte, qui représentait un fruit ayant l'aspect de l'ananas. Cette œuvre d'art est à présent protégée dans le Musée archéologique de Naples. Ce fruit était-il donc connu dans l'Antiquité romaine ? Si oui, qui furent les navigateurs qui rapportèrent ce fruit d'Amérique du Sud ? Il s'agit plus probablement d'une plante de l'Ancien Monde, à l'aspect proche de celui de l'ananas, comme le Cycas ou le Sagoutier. Christophe Colomb découvrit ce fruit lorsqu'il arriva en Guadeloupe, en 1493.

La banane Les bananes trouvent leur origine dans une zone qui va de l'Inde au sud de la Chine via la Birmanie, de Taïwan jusqu'au nord de l'Australie et la Polynésie via les Philippines, l'Indonésie et la Nouvelle-Guinée. Des traces de production bananière pour une consommation humaine datant d'environ sept mille ans ont été trouvées en Malaisie et en Nouvelle-Guinée. La plus ancienne trace fossile date de l'ère tertiaire en Inde. 500 à 600 ans avant Jésus-Christ Dans ce même pays, la banane était considérée comme le fruit du paradis et les Hindous prétendent qu'Ève a offert une banane à Adam. Lorsque Alexandre parvint aux Indes, il défendit à tous ses soldats de consommer ce fruit jaune, trop lourd, disait-il, et capable de réduire les forces de son armée. Les Romains la connaissent aussi, notamment par l’intermédiaire des marchands phéniciens.

Le brugnon provient de Chine. Il fut importé en Europe au Ier siècle av. J.-C.. Le brugnon n'est pas issu d’une greffe de branche d'un prunier sur un pêcher comme on l'a longtemps pensé. Le brugnon est le fruit du brugnonier, une variété de pêcher

Le cassis Le cassis était inconnu des anciens grecs et romains. En France, le cassis semble être connu depuis le XIIe siècle Le premier témoignage sur l'action thérapeutique des feuilles de cassis est celui d'Hildegarde de Bingen, haute figure spirituelle du XIIe siècle, qui les recommande en onguent pour guérir la goutte.. Ce sont surtout ses feuilles qui étaient recherchées pour leurs propriétés anti-rhumatismales. La baie est vraisemblablement cultivée dans notre pays depuis le XVIe siècle dans l’Ouest de la France et dans le val de Loire sous le nom de Cassetier des Poitevins ou Poivrier dans le "Livre d’Heures d’Anne de Bretagne", où on le retrouve parmi 300 espèces de plantes, sous le nom de "Poyvrier d’Hespagne" Au XVIIIe, la plupart des jardins comptent un cassissier. En 1841, à Dijon, la maison invente la crème de cassis : c’est le début de la célébrité pour ce fruit qui devient à la mode, notamment pour la préparation de kir.

La cerise L’origine de la cerise a suscité de grandes contreverses vers 70 av. J-C. En effet ; les romains revendiquent l’introduction de la cerise en Europe. Au Moyen Âge, le cerisier est très apprécié en France la cerise entre dans les menus, crue ou cuite dans le vin, elle est servie comme dessert. On fait le commerce de ses fruits sucrés et savoureux, ainsi que de son bois à la texture et à la finesse délicate.. Dès les débuts de la colonisation, il sera introduit en Amérique du Nord. Précisons que Louis XV, raffolait de ce fruit et contribua à sa mise en culture intensive. D’ailleurs, la création de la fête de la cerise montre l’intérêt porter par les parisiens à la fin du XIXème siècle.

Le coing Le fruit était connu dans la Grèce antique sur les bordsde la mer Caspienne. Sa variété la plus appréciée venait de la région de La Canée (« Kydonia ») sur la côte nord-ouest de la Crète . le fruit était déjà cultivé 4 000 ans avant notre ère. Il était très apprécié des Grecs, qui le mangeaient fourré au miel, et des Romains, qui l'utilisaient aussi en parfumerie.

La datte Le dattier cultivé est connu depuis la plus haute Antiquité. Son origine serait située dans l'ouest de l'Inde ou dans la région du golfe Persique. Il est répandu dans toutes les zones chaudes d'Afrique du Nord, le Sahara, depuis l'Atlantique jusqu'à la mer Rouge, ainsi qu'au Moyen-Orient et vers l'est jusqu'à l'Indus. Sa zone de prédilection se situe entre le 15e et 30e degré de latitude nord. Plus au nord, il peut être cultivé, mais ne fructifie pas ou donne des fruits médiocres (c'est le cas de la palmeraie d'Elche en Espagne). Il a été introduit dans les cinq continents, en particulier en Amérique à partir du XVIe siècle et en Australie au XIXe siècle. Il est l'objet de cultures commerciales en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et aux États-Unis (Californie, Arizona).

La figue le figuier est un des premiers arbres fruitiers cultivés par les hommes. Les Grecs appréciaient les figues et en réglementèrent l'exportation. La figue est riche en calcium, potasse, phosphore et fer, et elle se conserve bien une fois desséchée (comme les dattes). La figue est consommée fraîche ou desséchée. Mythologie ou réalité, la figue a joué un véritable rôle culturel et gastronomique dans les régions du bassin méditerranéen. Dès le Moyen Age, le figuier est présent dans toutes les campagnes du Sud Ouest. Le Figuier comestible est l'emblème du bassin méditerranéen, où il est cultivé depuis des millénaires.

La fraise En Europe et en Amérique du Nord, les fruits de l’espèce Fragaria vesca, le fraisier des bois, sont de petite taille. Connus depuis l'Antiquité, les Romains les consommés et les utilisaient dans leurs produits cosmétiques en raison de leur odeur agréable. Elle est cultivée dans les jardins européens vers le XIVe siècle.

La groseille Originaire d'Asie et d'Amérique du Nord, la groseille fait son apparition dans les jardins français à partir du XIIe siècle, notamment en Lorraine[1],[2]. Venue tout droit de Scandinavie, la groseille est le fruit du groseillier, cultivé dans les jardins français depuis le Moyen Âge. Ces grappes de petites baies rouges ou blanches sont cultivées, en faible quantité, dans la Vallée du Rhône, le Val de Loire et en Côte d'Or. Elles sont récoltées en juin et en juillet. La Pologne et la Hongrie sont d'importants exportateurs.

Le melon La région d'origine du melon n'est pas connue, selon certains il est originaire de l'Inde, selon d'autres, il vient de l'Iran ou encore de l'Afrique même. Ce qui est certain c'est qu'il était cultivé en Égypte 2000 ans avant notre ère. 5 siècles avant JC, sa production du delta du Nil était renommée. De là, sa production passa en Grèce, puis en Italie au Ier siècle après JC. Il fait partie des plantes potagères énumérées dans le capitulaire De Villis par Charlemagne au début du IXe siècle. En 1495, le roi Charles VIII de France, de retour des guerres d'Italie, le réintroduit en France. Dès le XVIe siècle sa culture se propage en Provence, dans la vallée du Rhône, dans le Languedoc, puis rejoint le Val de Loire, l'Anjou et la Touraine. De là, il approvisionne la Cour et les marchés de Paris. Ce n'est que plus tard qu'il se propage en Charente.

La Mûre des Jardins est également appelée "Aronce", "Mûrier de Renard", "Mûrier Sauvage", "Ronce à Mûre", "Ronce Commune", "Ronce des Bois" et "Ronce des Haies".
Elle est d'origine eurasienne.
Mûre, mûrier une grande confusion règne car botaniquement parlant seuls les arbres de la famille des Morus doit porter le nom de mûrier.
Les ronces sont connues depuis la nuit des temps et servaient déjà de nourriture aux hommes préhistoriques.

L’olive l'olivier sauvage existait au Sahara environ 11 000 ans avant notre ère. la domestication de l'olivier aurait eu lieu environ entre 3 800 et 3 200 avant J.-C., soit il y a six millénaires.
Au 6ème siècle avant J.C. les premiers colons Phocéens installent leurs comptoirs sur la côte méridionale créant ainsi Massilia et initient les habitants du Narbonnais à la taille de la vigne et de l'olivier. La chute de l'Empire romain, l'extension du christianisme, puis de la civilisation arabo-musulmane entraînèrent un changement des modes de consommation, des zones de production et des circuits commerciaux. Génois et Vénitiens profitèrent des croisades pour développer un commerce actif et très fructueux avec l'Orient et donner une impulsion à l'oléiculture pour répondre aux nouveaux besoins créés par la fabrication du savon (apparu au IXe siècle) et l'apprêtage du textile[11]. À partir du XVIe siècle s'ouvrit une ère d'expansion continue, qui va conduire l'olivier à son extension territoriale maximale, sous l'influence de la demande croissante, d'une société occidentale de plus en plus industrialisée, pour les savonneries, le textile et la mécanique.

L'orange est originaire de Chine. On peut distinguer deux grandes routes de pénétration de ce fruit en Europe. La route méditerranéenne fut empruntée, à l'époque des croisades (XIe siècle-XIIIe siècle), par l'orange amère ou bigarade : transmis par les Perses aux Arabes, ce fruit fut implanté en Sicile, d'où il se diffusa vers le reste de l'Europe. Dans un second temps, au XVIe siècle, les navigateurs portugais découvrirent l'orange douce en Chine, et la rapportèrent en Europe ; son succès finit par évincer l'orange amère. Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, l'orange était un fruit de luxe et souvent offert comme cadeau de Noël aux enfants. Sa culture en bac a longtemps été un symbole de pouvoir pour les aristocrates qui lui dédiaient des bâtiments spécialisés : les orangeries.

Le pamplemousse est d'origine asiatique. Il est apparu en Malaisie, et il était cultivé en Chine il y a au moins 4000 ans. Il a fait son entrée en Europe au XIIe siècle, plus précisément en Espagne, mais il n'y a jamais été consommé à grande échelle. Aujourd'hui, il est produit (et consommé) en Thaïlande, en Malaisie, en Indonésie, au Vietnam et en Chine.

La pêche A sa naissance en Chine, la pêche était considérée comme un symbole d'immortalité et de fertilité introduite en Europe par les Romains et Alexandre le Grand. En France, elle était connue avant le Moyen Âge. Elle est cultivée en Europe depuis le Moyen Age. La France est devenue l'emblème de ce fruit vers le 16ème siècle en cultivant pas moins de trente à quarante variétés différentes

La poire serait originaire du nord de l'Asie centrale et  poussait déjà à l'état sauvage à l'époque préhistorique. La poire est cultivée depuis 3 000 ans. Égyptiens, Grecs, Romains et Chinois en firent l'éloge. Il en existe des centaines de variétés. La plupart de celles que nous connaissons aujourd'hui sont le résultat de croisements effectués aux XVIIe et XVIIIe siècles, qui avaient pour but d'améliorer ce fruit.

La pomme que nous consommons aujourd'hui est une descendante d1 l'espèce consommée par l'homme depuis le néolithique sur les plateaux d'Asie centrale. Il y a 3 000 ans, elle était déjà consommée par les Chinois. Elle arriva par la route de la soie chez les Arabes, les Grecs et les Romains. Pline l'Ancien en répertoriera plus tard environ 100 variétés. Aujourd'hui, il existerait plus de 20 000 variétés Au Moyen Âge, les monastères et les couvents ont joué un rôle important dans le développement de sa culture. Jadis, on utilisait les vertus thérapeutiques de la pomme qui entrait dans la confection d'onguents (ainsi le mot « pommade » vient-il du mot « pomme »).

La prune Fruit du prunier, arbre qui serait originaire de Chine. Toutefois le lieu d'origine du prunier est incertain, car on le cultivait dans de nombreuses régions dès la préhistoire. Les premières variétés de prunes (Prunus spp, Rosacées) avaient une saveur aigre. On connaissait plus de 300 variétés de prunes du temps des Romains. Ceux-ci faisaient sécher les prunes de Damas que les croisés rapportaient en Europe au début du XIIe siècle.

Le raisin L'histoire du raisin remonte à 6000 ans avant J.C, puique l'on en trouve trace en Europe Centrale : Arménie, Azerbaîdjan et Georgie. Dans l’antiquité, le raisin se répand d’abord dans le nord de l’Afrique, où sa culture s’étend le long du Nil, sur les bords de la Méditerranée, mais aussi en Europe du Nord, Suisse et Allemagne. Ce n’est qu’aux environs de 600 av. J.C que les Phocéens, en créant Massilia (Marseille), implantent la vigne en Gaule. Riche en symbole, il représente la vie dans les tombeaux des pharaons et devient la figure du culte de Dionysos dans la Grèce antique. La culture de la vigne est difficilement dissociable de l’histoire du vin, car il s’agit de son utilisation première. Longtemps utilisé à des fins viticoles, c'est au 16 ème siècle qu'il sera considéré pour d'autres usages.

En France, c'est François 1er qui fit entrer ces belles grappes à Fontainebleau.
Le "Raisin de Table" acquiert des lettres de noblesse et devint dessert du roi !

Fin XIXème , le secteur viticole français traverse une crise. Sous l'égide des viticulteurs en quête de nouveaux débouchés, la production dédiée au raisin de table, prend alors son plein essor. Il connaît au cours du XXème, un développement considérable lié, notamment, aux évolutions des moyens de transport et de commercialisation.